La rivière du temps
   
Pendant ma scolarité de maîtrise je me suis concentré sur l'idée de créer un jardin de sculpture sur la terre que je possède à St-Jean-des-Piles en Mauricie. Je voyais dans ce projet, un projet de vie, une oeuvre sur laquelle je travaillerais le reste de ma vie. Comme l'élément central de ce travail était le temps, je décidai dès le mois de mai 1994 de donner au temps une forme, une matière. L'idée m'est venue de couper en deux une petite pierre ronde à chaque jour. Il me fallait poser un geste simple qui par sa répétition finirait par créer une oeuvre qui matérialiserait le temps. C'est ainsi qu'est née La rivière du temps.

La rivière du temps, première version, pierres coupées en deux, une par jour depuis mai 1994.

   
Au début, ces pierres furent présentées en vrac sous la forme d'une ligne droite. Elles furent exposées à trois reprises de cette manière. La première fois au Centre des Arts de Shawinigan à l'été 1995, puis au Centre National d'Exposition de Jonquière en janvier 1996 pour mon exposition de maîtrise et enfin à l'Atrium Paul-Émile Borduas de l'Université du Québec à Trois-Rivières en décembre 1996.
La rivière du temps, troisième version,
Atrium Paul-Émile Borduas, UQTR, 1996
 
   
Au début de l'année 1997, après avoir constaté la disparition de certaines pierres (qui étaient polies) en plus de la difficulté croissante que j'éprouvais à déplacer et entreposer cette oeuvre, je décidai de mettre les pierres dans des contenants. Le souvenir de gabions que j'avais vu lors de mon premier voyage en Italie me guida vers le choix de boites en grillage métallique. Chaque boite devrait contenir un mois de temps matérialisé et elle serait identifiée. Je commençai donc à construire des boites de grillage et à mettre les pierres déjà coupées à l'intérieur.
La rivière du temps, trois mois.
Cette mise en gabions de La rivière du temps m'a permis d'utiliser ces modules pour créer des formes lors des expositions qui suivirent. Ainsi, pour l'exposition que j'ai tenue à Silex lors du 15ème anniversaire et celle qui eut lieu au Grave de Victoriaville à l'automne 1998, cette oeuvre fut présentée en spirale avec toutes les boites qui contenaient les pierres coupées depuis mai 1994.
La rivière du temps, 52 mois
Atelier Silex, septembre 1998
 
 
La rivière du temps, identification.
   
À l'automne 1999, j'ai commencé à installer l'oeuvre dans ma forêt de façon définitive. J'ai décidé de faire un cercle de deux ans, 24 gabions, qui sont liés les uns aux autres, il s'agit de ma biennale d'art contemporain. À tous les deux ans l'oeuvre grandira de 4 pouces.
 
La rivière du temps, St-Jean-des-Piles,
automne 1999.
La rivière du temps, St-Jean-des-Piles,
hiver 1999.
La rivière du temps, St-Jean-des-Piles,
printemps 2001.
La rivière du temps, St-Jean-des-Piles,
printemps 2010.